En France, il existe plusieurs catégories d’hébergements de vacances, dont la location saisonnière. C’est un terme utilisé dans la mesure où on souhaite louer un logement meublé à un vacancier de passage. Mais quelles sont les caractéristiques d’une location saisonnière ? 

Location saisonnière : un logement meublé de courte durée

De plus en plus de particuliers mettent en location leur logement pour de courtes durées. On parle d’une location saisonnière. Cependant, cet argument reste un peu vague. Une location saisonnière désigne : 

  • Un bien meublé mis à la disposition d’un vacancier.
  • Un bien loué pour une courte durée soit inférieur à 3 mois.
  • Un bien louable à la nuit, à la semaine ou au mois.
  • Un bien meublé loué durant la saison touristique ou toute l’année.

Ainsi, on ne doit pas confondre la location de longue durée et location saisonnière. La location saisonnière est : 

  • Une location meublée de tourisme de courte durée.
  • Une location dont les dates sont conclues au moment de la réservation.
  • Une location temporaire, meublée et équipée.

Cette activité est régie par la loi Hoguet et définit la location saisonnière comme une location de vacances entre particuliers. 

Une location de courte durée est alors destinée uniquement à une clientèle de passage et à des fins touristiques uniquement. Il est alors utile de renseigner sur les réglementations en vigueur avant de mettre en location son logement, car il existe des critères à respecter. Les réglementations changent en fonction de la situation sanitaire. 

Location saisonnière et ses caractéristiques

Il existe plusieurs types de location saisonnière. À dire vrai, on peut mettre en location un logement meublé, et ce, quel que soit le type de bien, sa superficie et son statut (résidence principale, résidence secondaire). On peut donc louer en location saisonnière : 

  • Des chalets dans la montagne.
  • Des yourtes.
  • Des mobil-home.
  • Des gîtes.
  • Des appartements.
  • Des péniches.
  • Des maisons.
  • Des villas.

Cependant, on doit respecter certains critères pour que son logement puisse obtenir un statut de location meublée de tourisme. En effet, il faut tenir compte des éléments tels que : 

  • Le nombre de couchages.
  • Le prix.
  • Les équipements.
  • Le type d’hébergements : pour 2 personnes ou pour groupe.

Il est donc conseillé de faire une demande de « meublé de tourisme ». En obtenant ce label, cela attira des clients et augmentera davantage son taux de réservations. 

Ensuite, le type de location meublée saisonnière va dépend de son style de vie et il faut le partage à ses clients. 

Outre cela, la loi Alu impose aussi une liste des installations qui doivent être présentes dans un logement saisonnier. Il s’agit de : 

  • Une literie avec couverture et couette.
  • Un dispositif d’occultation des fenêtres.
  • Des plaques de cuisson.
  • Un four.
  • Un réfrigérateur.
  • Un congélateur.
  • La vaisselle.
  • Les ustensiles de cuisine.
  • Une table et des sièges.
  • Des luminaires.
  • Des étagères de rangement.
  • Un matériel d’entretien ménager.

Location saisonnière et les conditions de location

Un bail de location est indispensable afin de soumettre des modalités relatives à la location du bien. Le contrat de location doit mentionner :

  • Les installations du logement meublé.
  • Les modalités financières du bail.
  • Les dates d’entrées et de sorties du locataire.
  • La durée de la location.

Il est aussi utile de faire un état des lieux d’entrées et un état des lieux de sortie. 

Enfin, il est possible également de verser un acompte pour les locations saisonnières. Mais si la location passe par l’intermédiaire d’une agence, l’acompte ne doit pas excéder un certain montant de la location. L’acompte ne peut pas non plus être versé plus d’un mois avant la location du logement. 

Il convient aussi de noter qu’en location saisonnière entre particuliers, il n’existe aucune réglementation relative aux montants et aux modalités de paiement des acomptes.

Source image à la une : pexels